ma_dacia3Un sac de pommes de terres, un carton débordant de griottes ou un monticule de pastèques devant une maison ; Un peu plus loin, ce sont des morceaux de gouttières, des pièces de Dacia ou encore la série complète des nains de jardin (amis fidèles de blanche-neige) qui incitent les automobilistes à faire un arrêt. Dans la plaine ou en montagne, autour des villes ou en pleine campagne, partout ce chapelet interminable de petits marchands. En Roumanie, la route est un spectacle.

ma_dacia_et_le_foin3Au volant d’une superbe Dacia jaune (année 1974) achetée sur le marché automobile de Brasov en échange de 13 250 000 lei, j’ai sillonné les routes de la région mais, très vite, je me suis aperçu que la liste des défections ne me permettrait pas de m’aventurer au delà des Carpates. Pas de photographie donc du sud de la Roumanie, peu de photographies du nord du pays ou de la Moldavie mais, simplement "au hasard des rencontres", une série de clichés sans fil conducteur particulier. Rencontres avec une lumière, un paysage mais surtout rencontres avec les enfants, les hommes et les femmes qui font ce pays au quotidien.Bien sûr, il ne faut pas se voiler la face, le pays est encore convalescent. La corruption y est toujours un sport très largement pratiqué. Les lourdeurs de l’administration, sclérosée et sous équipée, sont parfois difficiles à comprendre. L’arrogance des nouveaux riches qui ont pris le modèle ultra-libéral anglo-saxon comme repère ultime est parfois insupportable. Mais ce pays complexe, présentant de multiples facettes, est beau de sa diversité, avec parfois cette impression que le temps s’est arrêté, l’impression de vivre dans un pays vacances toute l’année car il y a toujours des enfants dans les rues, dans les parcs des villes, au pied des blocs. Un pays à deux vitesses (voire trois ou quatre). Un pays où beaucoup s’entassent dans des bus crasseux tandis que d’autres affichent de superbes berlines. Un pays où le téléphone portable côtoie la montre à gousset. Un pays où le baise main est encore d’actualité mais où déjà la culture coca-cola, nike et mac-donalds est largement implantée. La Roumanie est une poche latine où il se passe toujours ce que vous n’avez pas prévu. Un pays à parcourir au petit bonheur la chance. A chaque virage une nouvelle surprise.

file26396


Allez ! Je vous emmène à bord de mon bolide jaune. Vous y verrez un village saxon qui semble se dérouler sans fin sous nos yeux. En levant la tête nous pouvons apercevoir ce couple de cigognes fidèle au poste chaque été tandis que les premières pentes des Carpates se dessinent au loin. Vous pourrez découvrir un vieux paysan qui garde sa vache dans le jardin et les enfants du village qui sont déjà de retour de l’école. Vous croiserez une grosse berline allemande qui s’apprête à dépasser une charrette tandis qu’au bout de la ligne droite, un énorme nuage de fumée s’échappe d’un bus poussif. Vous verrez également un cycliste droit comme un I qui traverse notre champs de vision pendant que, sur le flanc de la montagne, une équipe de faucheurs est au travail. Vous apercevrez peut-être un troupeau de mouton qui descend des alpages, des chevaux en liberté, des colonies d’oies traversant la rivière, bref une véritable ménagerie à ciel ouvert. Vous découvrirez également une route chaotique truffée de nids de poules qui s’enfonce dans une gorge étroite. Une route qui devient un terrain de jeu pour les mômes quand l’hiver transforme le bitume en glace. La Roumanie c’est aussi une richesse culturelle évidente, un profond attachement à la religion, un peuple respectueux des traditions mais qui cherche également sans cesse à s’ouvrir vers l’autre. La Roumanie c’est enfin (et j’aurai envie de dire surtout), des gens accueillant qui ne s’arrêtent jamais de parler ou alors c’est pour avaler une gorgée de Tuica, de bière ou déguster un café à la turque. Des gens qui parlent si vite, si fort. Des gens qui rient, des gens qui pleurent, qui chantent, qui se plaignent. Des gens qui s’engueulent et qui se réconcilient très vite...Vous avez déjà compris que ce blog n’est surtout pas une présentation exhaustive et objective de la Roumanie. Vous n’y trouverez pas non plus de descriptions touristiques du pays (Il y a de très bon guide pour ça). Il s’agit davantage d’une suite de rencontres "au fil des saisons". Rencontres insolites ou rencontres de tous les jours qui, je l’espère, vous donneront envie de prendre ou re-prendre la route vers ce pays où il peut se passer d’un instant à l’autre ce que vous n’auriez jamais osé imaginer.Allez ! Fini les longues phrases. Je vous invite désormais à effeuiller dans l'album photo quelques aspects de ma Roumanie intime "au hasard des rencontres".

Laurent